Créons un terrain d’entente : la Biennale International du Design de Saint Etienne 2019

« Programme floue »« expositions incompréhensibles »« discours bien pensants » … L’édition 2019 de la Biennale Internationale du Design de Saint Étienne a été vivement critiquée. Pourtant, celle-ci questionne l’un des enjeux majeurs de notre époque. L’équipe KEYUZ s’est rendue à Saint Étienne afin de découvrir comment le Design pouvait se mettre au service d’une société à la fois plus inclusive et plus durable.

Effectivement, ceux qui pensaient découvrir des tendances et produits finis ont dû être déçus … En effet, depuis quelques années, la Biennale de Saint Étienne s’attache à promouvoir des démarches exploratoires et des systèmes de conceptions plutôt que des objets manufacturés.

Installée dans le bâtiment de la Cité du Design, Equi-libre est l’une des expositions qui a retenu notre attention, notamment pour sa partie “future lifestyle”. 

Alors qu’il a été établi (selon une étude de Navigant Research) que 75% de la population mondiale sera concentrée sur les villes en 2050, elle interroge les conséquences de cette croissance démographique sur les villes et imagine, dans une vision prospective, des pistes de réflexions autour de solutions répondant à des enjeux majeurs tels que le futur de la mobilité ou la smart city. L’installation “Le grand mur des villes créatives UNESCO” présente les nombreuses expressions de l’innovation dans des villes chinoises, toutes positionnées sur l’axe de la créativité comme facteur de rapprochement des cultures.

Portant sur les villes de Shanghai (24 millions d’habitants), Shenzhen (12 millions d’habitants), Wuhan (10, 6 millions d’habitants) et Beijing (21, 7 millions d’habitants), l’exposition cherche à mesurer l’impact du design comme outil de transformation et de développement urbain de ces territoires. C’est dans ce contexte que le designer, de plus en plus soucieux de donner du sens à ses actions, repense sa pratique et s’engage dans des projets à dimensions universelles.

A l’heure ou des crises économiques et écologiques majeures nous obligent à repenser nos modes de vie et nos habitudes de consommation, le design prend la mesure de sa responsabilité sociale. Il intègre désormais les enjeux du développement durable et les questions d’intérêt général avec une approche collaborative et participative.

Des nouveaux scénarios apparaissent : de la planification d’une ville co-conçue avec ses habitants, à une mobilité urbaine flexible et sans couture en passant par un territoire où l’on intègre l’intelligence artificielle (IA) pour favoriser le quotidien des usagers ; la Smart City (ville intelligente) devient plus concrète et plus accessible. L’espace public n’est plus le domaine exclusif d’une gestion économique et politique. Désormais, il est l’affaire de tous. C’est dans cet état d’esprit d' »empowerment” et pour faire face aux immenses défis induits par une urbanisation croissante que designers et citoyens collaborent et imaginent des solutions alternatives pour dessiner les contours d’un futur plus positif et plus désirable.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Copyright ©Keyuz - Tous droits réservés